S’il y a bien une chose que les enfants – et même les ados – aiment, c’est découvrir et partager de nouvelles sensations…

Alors n’hésitez pas à surfer sur cette vague pour les inciter à prendre de bonnes habitudes alimentaires, sans avoir à passer pour un tyran domestique. Un peu de bonne humeur dans la cuisine comme dans les plats, c’est possible. Voici quelques astuces et conseils pour enclencher de nouvelles habitudes familiales. Mais avant tout, il faut préciser ce qu’on entend par bonne habitude alimentaire pour nos enfants. C’est tout simplement comme pour les adultes, avec l’enjeu qu’ainsi ils grandiront bien, consolideront leur santé en plein épanouissement et disposeront de tous les éléments nutritifs nécessaires à leur construction. Il faut donc apprendre à varier les apports, miser sur les fruits et légumes, savoir apprécier la saveur des aliments de façon à développer le goût.p>

Éveiller leurs sens gustatifs en douceur

Que faire, par exemple, si votre enfant n’est pas tenté par la betterave qui est pourtant une remarquable source de vitamines et d’oligo-éléments, avec également un très fort pouvoir anti-oxydant permettant de contrer les effets de la pollution et du stress ? Inutile de le forcer à en manger une pleine assiette en lui disant que c’est bon pour sa santé.
En revanche, sa belle couleur permet de décorer un plat avec une toute petite portion pour commencer. Quelques cubes pour faire une bouche pleine de dents à l’assiette de purée pour les plus petits, râpée avec du fromage au dessus d’un plat de pâtes pour les plus grands… les astuces sont nombreuses pour éveiller petit à petit les sens. Plus vous associerez de goûts nouveaux à des goûts habituels et appréciés, mieux ça passera. Le flan de blettes au curcuma en lieu et place des coquillettes jambon, ça risque effectivement de coincer. Mais un gratin de pâtes dans lequel seront dispersés quelques morceaux charnus et encore légèrement croquants, ça passera déjà beaucoup mieux !

S’amuser et créer ensemble avec la nourriture

Ce premier conseil concerne donc le soin apporté à la présentation en jouant avec de petites quantités sur les couleurs ou les formes. Des tomates cerises coupées en deux pour les yeux, des petits pois en guirlande… le temps de s’en amuser, votre enfant aura englouti son assiette sans rechigner. Les thèmes ne manquent pas : Halloween pour utiliser potiron et fruits noirs (pruneaux, cassis), sapin de Noël en haricots verts décoré de morceaux de poivrons jaunes et rouges, le fameux plat Gruffalo réalisé avec des légumes violets (betterave, vitelotte). Demandez à vos enfants ce qu’ils ont envie de créer pour les motiver. Les petits adorent être mis à contribution dans une cuisine, avec des tâches adaptées à leur âge bien sûr. Un petit tablier rigolo, un petit couteau rond, des ingrédients à disposer selon le thème imaginé et voilà votre artiste en herbe tout heureux de déguster ce qu’il a contribué à créer.

Valoriser leur implication dans la cuisine

De belles assiettes soigneusement présentées, c’est aussi très valorisant pour un ado qui dépasse ainsi la simple notion de nourriture pour y associer celle de plaisir et de reconnaissance. Faire ensemble une pâte à tartiner chocolatée qui sera ensuite généreusement étalée sur des crêpes maison, c’est une bonne manière d’attirer son ado dans la cuisine. Petit à petit on se met de nouveaux défis, avec des recettes un peu plus élaborées, on ose la couleur, on propose d’autres goûts. C’est ainsi que les habitudes évoluent, l’air de ne pas y toucher. Donner un petit coup de main pour éplucher les légumes ou les couper, ce n’est pas long, c’est l’occasion de papoter et ça ancre tout naturellement l’habitude d’utiliser des produits frais. Sans compter qu’en général, on en croque un petit bout au passage : tiens, mais c’est bon en fait le navet cru ! Et oui.
Et si on choisissait ensemble de tester tel ou tel épice ? Dans une quiche ou un gratin, proposez à votre enfant d’ouvrir les différents flacons d’épices pour les sentir et saupoudrer lui-même en fonction de l’arôme qui le tentera le plus. Attention cependant à votre sélection préalable si vous ne voulez pas manger une quiche à la cannelle. Encore que… pourquoi pas ?

Les rendre fiers de participer à une démarche alimentaire saine

De manière générale, plus on implique les enfants dans la cuisine, avant, pendant et après, plus on leur fait comprendre sans contrainte combien ces moments de partage sont précieux et nécessaires. Ça peut être l’occasion de discussions de fond, adaptées à la maturité de chacun, sur les bienfaits d’une agriculture respectueuse de l’environnement, sur le fait d’éviter d’accumuler des toxines et pesticides dans leurs corps. Aller ensemble au marché, faire une sortie familiale pour découvrir une ferme de cueillette, créer ensemble un petit potager et faire pousser des aromatiques. Il est important pour la culture alimentaire que les enfants touchent, sentent, goûtent et, surtout, comprennent ce qui est dans leurs assiettes. C’est au travers de leurs envies et de leur fierté à réaliser par eux-mêmes qu’ils apprendront tout naturellement à bien manger, en variant les fruits et légumes et en goûtant à tout.

Aucun commentaire

laisser un commentaire

Laissez un commentaire sur cet article

Ces articles peuvent vous intéresser

Alimentation

Tartare aux deux saumons à la crème balsamique

Par labullebio 10/12/2018
Alimentation

Pudding aux fraises et à la crème de chia

Par Coralie 31/05/2018