Interview de Cyril WAY, apiculteur « Les Ruchers du Dourdannais »

l’apiculture Biologique

Depuis combien de temps êtes-vous certifié bio ? Pourquoi avez-vous entrepris cette démarche ?

J’ai converti mon exploitation au bio en 2009. Jusqu’à cette époque, je gérais encore mes ruches de manière conventionnelle, c’est à dire en utilisant volontairement des produits phytosanitaires pour remédier à certaines pathologies, en donnant à manger à mes abeilles du sirop de sucre (fabriqué je ne sais où dans je ne sais quelles conditions…)
En 2008, j’ai rencontré des difficultés avec des pertes de ruches importantes suite à des traitements insecticides dans les cultures voisines. Pour protéger mes ruches des pesticides, j’ai donc rencontré des agriculteurs bio pour leur demander si je pouvais déplacer mes ruches chez eux. Ils m’ont accueilli à bras ouverts et je me suis rendu compte qu’eux avaient fait ce choix difficile de passer en bio pour protéger l’environnement dont nous disposions. Je pouvais difficilement rester avec mes méthodes conventionnelles… C’est donc d’abord un souci de cohérence qui m’a décidé à passer en bio.

Quelle est la particularité dans la production du miel bio comparé « au conventionnel » ?

Le cahier des charges Bio prévoit que les ruches doivent être placées dans un environnement protégé, que l’apiculteur ne recourt à aucun produit de synthèse pour traiter ses ruches, que la cire ou la nourriture qu’il utilise pour ses abeilles proviennent elles-mêmes d’exploitations en bio, que le miel n’est pas chauffé… Ce sont les principales contraintes. Elles visent à garantir un produit avec le moins de polluants extérieurs possible.

Qu’est-ce qui garantit qu’une abeille ne sortira pas des champs d’action délimités ?

Les abeilles butinent de 3 à 5 kms à l’extérieur de leurs ruches. Compte-tenu de l’utilisation très répandue des pesticides en agriculture mais aussi dans les jardins des collectivités et des particuliers, il est évidemment impossible de dire qu’aucune abeille n’ira butiner une fleur « contaminée ». Simplement, les floraisons dans le périmètre de butinage doivent être constituées majoritairement de cultures bio ou de floraisons naturelles.

Le miel Biologique et les autres produits de la ruche

Comment conserver idéalement son miel ? Existe-t-il une date limite de consommation ?

Bien fermer son pot et le conserver à température ambiante, c’est très simple. C’est exactement ce que font les abeilles avec les alvéoles operculées de cire, il suffit de faire pareil dans nos cuisines. Les apiculteurs mettent généralement une date limite de consommation de 2 ans sur leurs pots mais un miel récolté à maturité et conservé dans de bonnes conditions se conserve bien au-delà sans problème.

On parle beaucoup des vertus de la gelée royale. Quelles sont-elles réellement ?

La gelée royale est la nourriture exclusive de la reine des abeilles tout au long de sa vie. C’est un condensé de vitamines, d’acides aminés, de minéraux, d’acides gras essentiels, d’oligo-éléments et j’en passe. C’est un complément alimentaire très riche et très équilibré, idéal pour les personnes faibles ou lors d’un petit passage à vide en hiver…

Quels sont les autres produits de la ruche ?

Le pollen, qui est aussi un complément alimentaire pour l’homme. La propolis, une sorte d’antibiotique naturel. La cire, dont l’usage revient avec le développement des encaustiques naturels et aussi des produits de beauté naturels. Les autres produits de la ruche sont : les tomates, les carottes, les radis, les pommes, poires, kiwis, melons… et les milliers d’autres fruits et légumes qui dépendent essentiellement des abeilles pour être fécondés ! La pollinisation est probablement l’apport le plus important des abeilles. Certes on trouve des substituts au miel et aux autres produits de la ruche mais rien ne peut remplacer la pollinisation naturelle.

Aucun commentaire

laisser un commentaire

Laissez un commentaire sur cet article

Ces articles peuvent vous intéresser

Alimentation

Préparer ses repas de la semaine – Edition solo – Veggie

Par Claire 11/09/2017
Alimentation

Rencontre : Guillaume Bodin

Par labullebio 16/09/2017