La composition unique du lait maternel et son adaptation aux besoins du nourrisson font de lui un aliment unique et précieux pour le développement de bébé.

 

L’OMS recommande un allaitement exclusif jusqu’aux six mois de l’enfant, puis en complément d’une alimentation solide jusqu’à ses deux ans.

 

Les bénéfices de l’allaitement pour le bébé

 

Comme les autres mammifères, la maman produit un lait spécifiquement adapté à tous les besoins de son petit.

Le lait maternel contient plusieurs milliers de composants et il est difficile de donner sa composition exacte, dans la mesure où il varie suivant les femmes : caractéristiques génétiques, durée de la grossesse, temps écoulé depuis l’accouchement, techniques d’expression, de stockage et de dosage… De plus, sa composition est régulée par divers mécanismes complexes. Sauf quelques exceptions, une carence maternelle ou un excès d’apports, n’auront pas d’impact significatif sur la composition générale du lait.

Le lait maternel protège bébé en stimulant son système immunitaire ! La maturation du système immunitaire favorisée par le lait maternel protège l’enfant vis-à-vis des allergies, des maladies auto-immunes et des pathologies inflammatoires.

 

Les bénéfices de l’allaitement pour les mères

Dès l’accouchement, la mère tire les bénéfices de l’allaitement. Il stimule les contractions utérines, ce qui diminue grandement les risques d’hémorragie et aide l’utérus à reprendre plus vite sa taille, sa forme et sa tonicité.

L’allaitement aide la jeune mère à perdre en douceur les kilos de fin de grossesse en mobilisant les stocks graisseux, à condition d’avoir une alimentation saine et variée.

Ceci est encore plus important pour une femme qui a subi une césarienne !

 

 

Les difficultés liées à l’allaitement

 

Parfois l’allaitement n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît. Même si nourrir son bébé au sein est naturel, cela ne va pas toujours de soi.

  • La mise au sein : le bébé ne prend pas toujours bien le sein, du coup il n’est pas rassasié, pleure beaucoup et/ou a des coliques.
  • L’apparition de crevasses douloureuses qui rendent la tétée quasi-impossible pour maman. Les seins de la maman sont plus sensibles, ce qui les rend susceptibles de développer des abcès ou des lymphangites.
  • L’apparition de débordements ou d’engorgements douloureux : le temps que la lactation se mette en place, il peut y avoir une trop grande production de lait qui peut provoquer ces désagréments.

 

Des solutions naturelles existent pour éviter ces tracas. . .

 

  • Une bonne information préalable (un allaitement, ça se prépare), l’accompagnement par des professionnels de santé (sage-femmes, gynécologues, auxiliaires de puériculture) ou assimilés (homéopathes, naturopathes, acupuncteurs, doulas)…
  • Une bonne gestion de ses émotions grâce à la sophrologie et au yoga, et le soutien de l’entourage.
  • Ne jamais arrêter précipitamment un allaitement, il y a (presque) toujours une solution.
  • S’équiper en amont (traitement homéopathique à avoir sous la main en cas de lymphangite du sein et baume hydratant à avoir en cas de crevasse, tire-lait…)

Cet article vous est proposé par Biostime

Le sevrage

Quand bébé grandit, vient l’heure du sevrage. Découvrez les étapes d’un sevrage réussi.

 

2 commentaires

laisser un commentaire

Laissez un commentaire sur cet article

Ces articles peuvent vous intéresser

Alimentation

J’ai testé pour vous : une glace chocolat végane et un sorbet au lait d’amandes bio

Par Claire 31/08/2017
Alimentation

Crêpes au thé

Par labullebio 08/01/2019